Les plateformes d’innovation font leurs preuves lorsque les intérêts convergent

L’objectif principal des plateformes d’innovation est de faciliter le transfert de technologies et de connaissances parmi les acteurs d’une chaîne de valeurs spécifique.

Plusieurs innovations et technologies ont été produites au Niger et mises directement sur le marché avant le début du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO).

Il y avait souvent peu ou pas d’interactions du tout entre les acteurs des chaînes de valeurs. Les défis, les potentialités et les opportunités d’une technologie ou d’une innovation spécifique étaient à peine discutés entre les acteurs avant son arrivée sur le marché. Cette étape est critique comme elle permet, à tous les membres d’une chaîne de valeurs, de bien comprendre la valeur d’un produit spécifique et d’en tirer profit.

La plateforme d’innovation est un nouveau forum pour les acteurs pour discuter des différents liens dans la chaîne de valeurs (production, conservation, emballage and commercialisation) d’un produit. Grâce à l’intervention du PPAAO Niger, les acteurs de la chaîne de production et de commercialisation de plusieurs produits, dont le lait, le kilichi (viande séchée), les semences de légumes, l’oignon, etc., ont pu s’organiser et mettre en place une nouvelle plateforme. Par exemple, les petits exploitants agricoles actifs dans la production, la collecte et le transport du lait, qui, auparavant, n’avaient pratiquement pas de relations, ont créé des plateformes lait dans presque toutes les régions du Niger.

Souley Hamidou, Spécialiste suivi/évaluation du PPAAO Niger

Ces plateformes lait servent actuellement de véritables canaux d’échange de connaissances critiques sur la fabrication, la collecte et le transport du lait. Elles sont devenues un réel outil de dissémination et d’adoption des technologies améliorées au niveau de ce secteur, ce qui, en retour, permet leur mise à l’échelle.

Des plans d’action bancables

Les acteurs de ces plateformes ont bénéficié d’une série de sessions de formation et d’accompagnement. Ce processus a permis à beaucoup d’acteurs d’acquérir des compétences vitales en négociation et en management. Des plans d’action bancables sont ressortis de ces formations et ont été soumis au PPAAO pour financement. Des partenariats public-privé ont été créés et renforcés au cours du processus avec de potentielles opportunités commerciales et la participation du secteur privé.

Des résultats impressionnants

Dans le cadre du programme de travail annuel 2016 du PPAAO Niger, environ 30 activités résultant des plans d’action développés grâce aux plateformes d’innovation ont été financées à hauteur de 200 millions de francs CFA. Environ 25 jeunes boulangers ont été formés afin qu’ils puissent créer leurs affaires. Des points de vente de kilichi ont été installés. Des centres de collecte de lait et des étangs de poissons ont été mis en place.

Sur ces plateformes, les acteurs ont vu qu’ils pouvaient renoncer à leurs ambitions individuelles puisqu’ils voyaient un grand avantage dans le fait de travailler en collaboration et en synergie avec d’autres acteurs ayant des intérêts similaires. Ensemble, ils ont utilisé l’espace comme non seulement une plateforme pour négocier, mais aussi pour construire des partenariats et impliquer les acteurs désireux de travailler ensemble. Grâce à ces plateformes, les femmes du village de Togone se sont devenues encore plus proches et coopèrent davantage dans le domaine des finances. Toutes les semaines, une vingtaine de femmes collectent et donnent environ 70 000 FCFA à un membre désigné.

Des délégations d’autres pays ont visité les plateformes pour savoir comment conserver le kilichi. Dans le cadre du partage de connaissances et de l’apprentissage, des agents du PPAAO provenant du Mali, du Burkina Faso et du Sénégal ont collaboré avec leurs collègues du Niger et ont acquis des connaissances essentielles pour pouvoir fabriquer du kilichi. Ceci a permis à ces pays d’améliorer leur approche de séchage de la viande.

De manière générale, 18 plateformes ont été créées et renforcées dans les domaines du lait, du riz, du kilichi, du pain composite, de l’oignon, de l’élevage de volaille et de la pisciculture, des semences et de la transformation des produits.

Environ 2400 membres ont bénéficié des actions de ces plateformes en termes de renforcement des capacités et d’équipements.

Chacune de ces plateformes dispose d’une convention et d’un plan d’actions clairs qui déterminent les fonds qu’elle reçoit du PPAAO Niger.

Leçons apprises

En s’unissant, les membres de ces plateformes sont devenus convaincus que leurs aspirations sont mieux prises en compte quand ils agissent de façon collective.