DISCOURS DU DIRECTEUR EXÉCUTIF DU CORAF / WECARD DR. ABDOU TENKOUANO – DEUXIÈME RÉUNION STATUTAIRE DU COMITE REGIONAL SEMENCIER DE L’AFRIQUE DE L’OUEST (COASem-CRSU) 29 – 30 AOUT 2016, BAMAKO, MALI

 

  • Monsieur le Secrétaire Général, Représentant son Excellence Monsieur le Ministre chargé de l’Agriculture de la République du Mali
  • Monsieur le Directeur chargé de l’Agriculture de la Commission de la CEDEAO
  • Monsieur le Directeur chargé de l’Agriculture de la Commission de l’UEMOA
  • Monsieur le Directeur Général de l’INSAH / CILSS
  • Monsieur le Directeur Exécutif de Hub Rural
  • Mesdames et Messieurs les Membres du Comité Régional Semencier de l’Afrique de l’Ouest (COASem-CRSU)
  • Mesdames et Messieurs les Représentants de la FAO, de la Banque Mondiale et de l’USAID
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions Partenaires (Fondation Syngenta, CGIAR, ROPPA, AFSTA, AGRA, GNIS)
  • Chers Collègues
  • Mesdames et Messieurs

Je voudrais tout d’abord remercier les Autorités de la République du Mali de nous avoir permis de tenir les assises statutaires, deuxièmes de la série, du Comité Régional Semencier de l’Afrique de l’Ouest, dans cette belle et accueillante ville de Bamako.

L’occasion m’est aussi donnée d’exprimer ma profonde gratitude aux communautés économiques régionales (CEDEAO et UEMOA) et le CILSS pour la confiance placée en mon organisation, le CORAF/WECARD, qu’elles ont désignées comme bras technique.

De manière plus spécifique, le CORAF/WECARD a reçu mandat de Son Excellence Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO, en date du 27 Mars 2013, de coordonner la mise en œuvre des comités nationaux de semences (CNS) dans les 17 pays de l’espace CEDEAO-UEMOA-CILSS et l’animation du secrétariat du Comité Régional Semencier de l’Afrique de l’Ouest pour une période de cinq ans.

Monsieur le Secrétaire Général,

Mesdames et Messieurs

Le moment est venu de rendre compte de l’exécution de la mission qui nous a été confiée.

Ainsi le CORAF/WECARD à travers son Projet Semencier pour l’Afrique de l’Ouest (PSAO) financé par l’USAID, a organisé les 13 et 14 Décembre 2013 à Ouagadougou une réunion des partenaires qui a abouti à des recommandations sur les modalités de la mise en œuvre du Règlement Harmonisé de l’espace CEDEAO-UEMOA-CILSS.

Suite à cela, deux séances de travail impliquant la Commission de l’UEMOA, le CILSS et le CORAF/WECARD ont abouti à un accord de mise en œuvre du règlement régional, y compris un plan d’action pour la mise en place et le fonctionnement des CNS et du COASem-CRSU. Ce processus a conduit au lancement officiel, le 03 Août 2015 à Abidjan, du COASem-CRSU, suivi de la première réunion statutaire le lendemain.

Un groupe de travail régional créé et dirigé par le CILSS a permis de renforcer le processus d’adoption du modèle régional par les agents chargés de la réglementation semencière et les sélectionneurs dans les États membres.

Il en résultera, sans doute, une amélioration et une harmonisation accrue de la gouvernance du système de réglementation que le partage d’expériences entre les pays permettra d’accélérer.

Monsieur le Secrétaire Général,

Mesdames et Messieurs

Nous enregistrons déjà de nombreux succès, dont je vais mettre quelques-uns en exergue, avec votre indulgence.

Ainsi le CORAF/WECARD est heureux de vous informer que le niveau de mise en œuvre du règlement régional est passé de 41% en 2013 à 84% en 2015, ce qui a facilité le commerce national et régional des semences.

Plus de 900 agents ont été dotés des moyens de mener à bien le contrôle de qualité des semences, avec à l’appui la production de catalogues variétaux qui constituent des sources d’information sur le potentiel génétique et les zones d’adaptation des variétés disponibles.

Le secteur privé, qui est l’un des principaux acteurs dans le domaine de la production et du commerce des semences, s’est également constitué, grâce à nos travaux de facilitation, en Alliance pour l’industrie des semences en Afrique de l’Ouest (ASIWA).

On estime que la quantité de semences fournies aux agriculteurs de la sous-région est passée de 183 000 tonnes en 2012/13 à 372 000 tonnes en 2015, ce qui représente 103% d’augmentation et la couverture en semences certifiées est passée de 14% à 22% pendant la même période.

De même, la valeur des semences commercialisées est passée de 215 millions USD à 761 millions USD mais nous restons en deçà de la valeur potentielle de 1,7 milliard USD. Ces augmentations contribuent à la transformation de l’agriculture et la création d’emplois.

Les évolutions positives observées dans le secteur semencier ont aussi contribué à l’édification d’une capacité endogène de réponse régionale aux défis régionaux. Nous l’avons constaté à travers l’initiative d’assistance rapide en semences en faveur des pays qui ont été touchés par le virus Ebola (Guinée, Libéria et Sierra Leone) qui a permis d’approvisionner ces pays avec plus de 10 000 tonnes de semences de qualité en provenance de la région. On a ainsi touché plus de 700 000 agriculteurs qui auront produit plus de 500 000 tonnes de riz de consommation, soit suffisamment pour nourrir plus de 2 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire. A notre connaissance, cette mobilisation coordonnée par le CORAF/WECARD constitue le premier cas de réponse régionale à une crise régionale, et elle démontre éloquemment la puissance des barrières tombées, comme le préconise l’harmonisation.

En dépit de ces succès, des défis subsistent dans la mise en œuvre du règlement, notamment un faible niveau d’adoption dans certains pays et une mauvaise compréhension par une certaine catégorie de la population. D’autres défis sont l’adultération du marché des semences, les restrictions et les extorsions transfrontalières injustifiés, entre autres.

Monsieur le Secrétaire Général,

Mesdames et Messieurs

Le CORAF/WECARD attend des présentes assises qu’elles renouvellent notre volonté conjuguée d’aller à la recherche de solutions nouvelles à certains de ces défis qui permettrons une expansion et une fluidité du marché des semences pour contribuer à la transformation de l’agriculture dans notre espace pour le bonheur de nos populations.

Je voudrais terminer en félicitant les organisateurs pour le travail de qualité qu’ils ont abattu en si peu de temps pour faire de ces assises une réalité. Je remercie par avance Monsieur le Faciliateur, Messieurs les Interprètes et Nos Amis des Médias Publics et Privés pour leurs contributions respectives au succès des travaux et à la diffusion de leurs résultats.

Je vous remercie.

 

Bamako, le 29 Août 2016